Pourquoi installer une caméra de vidéosurveillance ?

vidéosurveillance
vidéosurveillance

Les avantages de la vidéosurveillance sont nombreux. Ce système de protection peut être installé dans des commerces ou dans des copropriétés pour en assurer la surveillance. Enso Sécurité intervient sur cette problématique, dans le respect de la réglementation en vigueur.

Les avantages de la vidéosurveillance

La vidéosurveillance peut être une mesure jugée répressive quant au contrôle des libertés publiques. Nous avons tous en tête “Big brother is watching you” lorsque nous croisons l’objectif d’une caméra de surveillance. Toutefois, c’est avant tout un dispositif de protection qui a prouvé son efficacité par de nombreux aspects. Utilisée stratégiquement et à des fins uniquement sécuritaires, la performance de la vidéosurveillance se justifie selon deux grands axes.

Un outil de dissuasion 

Tout d’abord, une caméra de surveillance agit inévitablement sur notre comportement. C’est donc par son pouvoir dissuasif qu’elle s’avère efficace. Un individu mal intentionné ne prendra pas le risque d’être identifié si la présence d’une caméra de surveillance est détectée. Ces statistiques sont prouvées puisque l’on estime à 40% la diminution des infractions sur des zones surveillées. Fort de ce constat, il est également envisageable d’installer une caméra factice (du moins non raccordée), pour ne profiter que de son effet dissuasif.

Toutefois, il est également important de souligner l’efficience d’un système de surveillance lorsque celui-ci est couplé à d’autres équipements. En effet, si une caméra de surveillance est associée à une alarme anti-intrusion, l’indice de protection est décuplé. 

Une preuve en cas d’infraction

Le second avantage qu’apporte la vidéosurveillance est également l’authenticité de son enregistrement. Grâce à un enregistrement programmé, une caméra de surveillance peut attester, ou non, d’une infraction. De plus, elle peut être utile pour dévoiler l’identité d’un malfaiteur si son visage est découvert. 

La durée légale d’archivage n’est toutefois pas absolue, d’où l’importance de réagir rapidement à un vol ou à une effraction.

La réglementation de la vidéoprotection

Pour des raisons évidentes de libertés individuelles, la vidéosurveillance est un domaine extrêmement réglementé. Il est donc nécessaire d’en informer le public au moyen d’un pictogramme et d’une mention de la base légale du traitement. Toutes ces formalités sont encadrées par l’article 13 du RGPD (cf. CNIL).

D’autres réglementations régissent, en outre, l’usage de la bande vidéo et la durée de conservation des images.

Qui peut visionner les vidéos ?

Selon son usage et le lieu de son installation (commerce, entreprise, copropriété), seules quelques autorités sont autorisées à visionner les données. Il peut donc s’agir du syndic pour les copropriétés, ou d’un service de sécurité habilité par l’employeur dans une entreprise. 

Pour toute surveillance jugée excessive (à savoir permanente, à distance et injustifiée), des voies de recours sont accessibles. Il est alors possible de saisir :

  • le service plainte du CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés) 
  • l’inspection du travail (compétence en harcèlement professionnel)
  • la préfecture (si des caméras privées filment le domaine public)
  • la police nationale ou la gendarmerie

Combien de temps les vidéos sont-elles enregistrées ?

L’accès aux archives n’est généralement autorisé qu’en cas de réel incident (agression ou vandalisme). Par conséquent, les images ne sont pas libres de visionnage, auquel cas il s’agirait d’un délit de voyeurisme, puni par la loi.

La durée d’archivage doit être fixé par l’autorité qui en a la compétence (employeur, propriétaire, syndic). 

Néanmoins, la durée de conservation des images n’excède généralement pas un mois. Quelle que soit la capacité de stockage de votre dispositif de surveillance, cela n’influe en rien la durée légale de sa conservation. 

Cependant, certaines images faisant l’objet d’une enquête policière peuvent être extraites de votre serveur pour être conservées le temps de la procédure en cours. Dans ce dernier cas, la vidéosurveillance peut s’avérer être un élément indispensable à un travail judiciaire. La vidéoprotection peut donc finalement s’ancrer dans une démarche civique et respectueuse des libertés individuelles.

 

Pour obtenir des informations complémentaires quant à la législation de la vidéosurveillance, n’hésitez pas à nous contacter. Enso Sécurité vous conseille sur les différents équipements de protection et intervient de Marseille à Fréjus pour leur installation.

 

Sur le même sujet :

Vous aimez ce contenu ?
Partagez-le

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on whatsapp

Besoin d'information ?
Contactez-nous dès maintenant

ARTICLE - Formulaire de contact
OPTIN
reCAPTCHA

Dans la même thématique
vous apprécierez